Prêt hypothécaire et simulation de crédit

L’immobilier est en principe cher et son acquisition nécessite un mode de financement particulier. Vous aurez probablement besoin de contracter un crédit pour pouvoir acheter ou construire votre habitation. Le prêt hypothécaire est une solution que vous pouvez envisager pour l’acquisition d’un bien immobilier. Veuillez découvrir ici comment fonctionne le prêt hypothécaire.

Qui peut souscrire un crédit hypothécaire ?

Le crédit hypothécaire est une formule de prêt qui peut être utilisée par les particuliers comme les professionnels. La seule condition est d’être propriétaire d’au moins un bien immobilier pour servir d’hypothèque. L’hypothèque peut être prise sur un logement principal, ou secondaire, bureaux ou locaux mixtes. L’établissement de crédit prendra une inscription hypothécaire sur le bien en question.

Comment fonctionne le prêt hypothécaire ?

Le montant emprunté dépend de la valeur du bien hypothéqué. En principe, l’emprunteur pourrait bénéficier jusqu’à 80% de la valeur nette de l’hypothèque. L’emprunteur possèdera par la suite le droit d’utiliser les fonds librement.

La durée de remboursement est en général longue, et pourrait aller jusqu’à 25 ans. Le niveau d’endettement et les revenus de l’emprunteur seront vérifiés pour déterminer la durée du crédit et le montant des mensualités. Les relevés de comptes du demandeur de prêt seront également étudiés avec une grande attention.

Pourquoi recourir à un prêt hypothécaire ?

Sachez que le prêt hypothécaire n’est pas uniquement destiné à financer un projet lié à l’immobilier. Le prêt hypothécaire est un crédit garanti par un ou plusieurs biens immobiliers de l’emprunteur mais qui peut être accordé pour divers types de crédit : crédit immobilier, crédit à la consommation, prêt personnel, ….

Le crédit hypothécaire peut être utilisé pour des projets variés :

  • financer des études,
  • effectuer des achats,
  • rembourser des dettes,
  • mettre en place un rachat de crédits, …

A la différence du crédit à la consommation, le montant maximal du capital qu’un emprunteur puisse demander sera donc plus élevé pour le crédit hypothécaire.

Comment se protéger en cas d’hypothèque ?

Hypothéquer un bien immobilier de l’emprunteur permet à l’établissement prêteur d’assurer le remboursement de son crédit. Le créancier a le droit de saisir le bien en cas de défaut de paiement. Il pourrait le vendre pour récupérer le montant restant dû.

Pour prévenir ces risques, il est vivement conseillé de souscrire une assurance emprunteur. Vous pouvez choisir les garanties selon votre situation financière, personnelle et professionnelle. Selon le contrat souscrit, vous serez entre autres couvert en cas d’invalidité ou perte d’emploi. L’assurance prendra le relais pour le paiement des mensualités afin que vous puissiez continuer à jouir de votre bien.

Simulation de crédit hypothécaire

Avant d’effectuer une demande de financement bancaire, il serait indispensable d’effectuer des simulations de crédit. Les simulations en ligne sont gratuites et sans engagement.

Une simulation crédit en ligne consiste à une visualisation virtuelle d’un plan de financement. Vous pouvez avoir un aperçu du montant des échéances mensuelles et le montant total du crédit qui seront calculés en fonction de vos capacités d’endettement et de remboursement. Avec le simulateur, vous évaluerez le coût du crédit que vous désirez contracter.

Le taux d’intérêt est l’un des éléments importants d’un prêt bancaire. Ce taux est différent pour tous les établissements prêteurs. Une simulation de crédit hypothécaire vous permettra de trouver un prêt hypothécaire à meilleur taux. Vous pouvez profiter des concurrences pour trouver le taux le plus bas et des meilleures conditions de prêt en parcourant les propositions de différentes banques ou organismes de crédit. A noter qu’à part la simulation de crédit, le recours à un courtier peut également vous permettre de faire jouer la concurrence entre les établissements de crédit.

Taux immobilier : les tendances en janvier 2018

Si janvier 2017 a commencé sur des hausses des taux sur l’ensemble des durées de financement, en cette fin d’année, les investisseurs ont vu les taux se stabiliser. Que ce soit sur 10, 15 ou 20 ans, les taux ainsi que les conditions d’emprunt étaient attractifs. Ce qui a constitué un bon indicateur pour ceux qui souhaitent emprunter. Toutefois, pour janvier 2018 les taux immobiliers s’orienteront vers une toute autre tendance. Au vu du contexte actuel, mais également des différents changements qui ont été apportés dans le domaine à travers les régimes de défiscalisation comme la loi Pinel par exemple, les analystes pensent qu’il faut s’attendre à une hausse des taux immobiliers dès le début de l’année prochaine.

Des taux attractifs pour décembre 2017

En ce mois de décembre 2017, les taux d’intérêt ont connu une légère baisse par rapport à ceux du mois précédent. Mais cette baisse reste quand même légère. De leur côté, il y a tout de même quelques banques ont augmenté leurs taux. Quoi qu’il en soit, les conditions restent attractives pour les investisseurs. En ce moment, un crédit immobilier peut se négocier à un taux moyen de 1,1% sur une durée de 20 ans, mais avec quelques recherches, et négociations, il vous est toujours possible d’en trouver de plus intéressant. A noter que plus la durée de votre crédit est élevée, plus votre taux augmente.

Cette période semble alors être propice aux investissements immobiliers grâce aux taux immobiliers bas ainsi que les conditions de financement attractif. Attention cependant à ne pas vous précipiter sur la première proposition bancaire venue, il faut toujours comparer les offres.

Évolution des taux en janvier 2018

Malgré cette stabilité, une possible hausse des taux influencera le marché de l’immobilier pour le mois prochain. En effet, les taux varient tous les mois, et le contexte actuel présage un éventuel besoin d’augmentation des taux de la part des banques.

Mais pour rassurer les investisseurs, si la hausse des taux immobilier sera présente dès Janvier 2018, elle sera encore faible. Après tout, le président de la Banque Centrale Européenne a déjà affirmé qu’ils ne procèderont pas à une augmentation des taux directeurs. Alors que le premier paramètre qui entre en ligne de compte pour prévoir une hausse des taux, c’est justement ce taux. Si les taux directeurs suivent une tendance haussière, les taux immobiliers vont également emprunter le même chemin, et l’inverse est aussi valable.

Pour éviter tout imprévu, il est conseillé aux investisseurs de s’informer sur le baromètre des taux immobiliers. Vous aurez ainsi facilement des informations sur les taux immobiliers 2018. C’est le gage de la sécurité de votre investissement en début d’année.

Cependant, avant d’investir dans l’immobilier en Janvier 2018, il faut noter les différents changements qui vont être effectués sur le marché. On peut citer entre autres la possibilité pour les emprunteurs de résilier leur contrat d’assurance emprunteur à la date d’anniversaire, au profit d’une autre assurance. L’année à venir ne sera pas du tout le même que 2016 et 2017, sans compter que face à ces changements qui vont survenir, les marges des banques vont se réduire, ce qui pourrait implique une tendance à la hausse du taux immobilier pour 2018.

Pour ceux qui souhaitent investir, il est conseillé de se tourner vers les banques en ligne pour leur crédit immobilier. En effet, les conditions ainsi que les taux sont plus avantageux pour ces dernières. Vous devriez seulement passer par l’étape de comparaison pour détecter le meilleur prestataire.

Pour que votre demande y réussisse, vous devez seulement fournir les preuves de votre stabilité financière, ainsi qu’un profil de qualité.

Investir en Loi Pinel à Bordeaux

Avec près de 2000 nouvelles entreprises par an qui s’installent en région bordelaise, la zone peut se targuer de jouir d’un dynamisme économique enviable.

S’en suit naturellement une démographie en progression de 4% par an ainsi qu’une croissance de 18% de la population étudiante. Tous les indicateurs sont donc au vert pour investir durablement dans l’immobilier d’habitation dans la région.

L’investissement résidentiel sur plan s’élève à près de 60% en 2017 dans la métropole bordelaise, ce qui confirme la tendance, selon la Fédération des Promoteurs Immobiliers.

Zonage en région bordelaise

bordeauxComme pour Paris, le zonage est circonvolutif, la zone B1 correspond au centre ville et la proche périphérie. La loi Pinel précise d’ailleurs que cela concerne les agglomérations de plus de 250 000 habitants.

Cela dit les villes limitrophes, comme Blanquefort, Cestas et Ambarès-et-Lagrave sont également incluses dans cette zone à moins de 30 kilomètres du centre.

Les villes situées à plus de 30 kilomètres ne sont elles, pas incluses dans cette zone à l’exception de quelques villes côtières.

Au delà de 50 kilomètres du centre, les villes sont classées en zone C et éligibles au dispositif Pinel selon les critères similaires à la zone B2, mais cela ne concerne que les constructions de cette année.

Les plafonds en région bordelaise

La loi Pinel impose de manière stricte les loyers pour qu’ils correspondent au marché local, à ce titre, ils se basent sur deux critères :

– la surface pondérée du logement
– la zone d’éligibilité Pinel du bien

À Bordeaux, Cenon, Bègles ou encore Mérignac (proche périphérie), le loyer au mètre carré imposé par le dispositif Pinel est de 10,07€.

Concernant la zone B2, donc les villes à plus de 30 kilomètres de Bordeaux, les loyers sont fixés à 8,75€ maximum du mètre carré. La préfecture de Nouvelle-Aquitaine légifère dans ce domaine.

La loi Pinel définit également un plafond de ressources pour le futur locataire du bien, celui-ci dépendant naturellement de la composition du foyer fiscal, mais aussi de la zone Pinel du bien.

Dans la zone B1, le revenu d’une personne seule ne doit pas dépasser 30 260€ annuel pour pouvoir prétendre à un logement Pinel. Pour une personne ou un couple avec 4 enfants à charge, cela grimpe à 77 778€/an.

Rappelons que le dispositif Pinel permet de bénéficier, en plus des revenus issus des loyers qui idéalement compensent le remboursement du crédit, d’une réduction d’impôt.

Sont également déduits des impôts une partie des intérêts bancaires dans le cadre d’un emprunt, ce qui concerne la grande majorité des investissements.

Enfin, la revente du bien s’effectue au bout de 9 à 12 ans suivant les dossiers.

L’investissement en loi Pinel à Bordeaux est une opportunité intéressante pour la plupart des épargnants, encore faut-il prendre soin de sélectionner un bien qui n’est pas surévalué sur le plan par le promoteur immobilier.

Un autre piège classique auquel la vente directe peut vous exposer est la difficulté de revente une fois le bien disponible sur le marché. Les programmes sont construits en larges lots ce qui mécaniquement fait déprécier les biens lorsque de nombreux biens sont mis en vente en même temps.

Tous ces écueils sont justement évités ou du moins limités en passant par une SCPI pour s’occuper de tous ces aspects tout au long de la durée de vie de votre épargne.

Certains cabinets de gestion de patrimoine indépendant comme Euodia Finances sont justement à votre disposition pour vous conseiller gratuitement afin de vous aider à sélectionner le meilleur produit en fonction de votre profil d’épargne.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter leur site : http://www.euodia.fr/

Terrain à acheter : les conseils pour bien investir

Aussi important que l’achat d’une maison, celui d’un terrain nécessite aussi une bonne réflexion. Pour ne rien regretter de cet investissement, avant de signer le contrat de vente d’un terrain, voici donc quelques points à vérifier concernant la nouvelle acquisition immobilière.

Comparer le prix

terrain a acheterPour être certain d’acheter le bon terrain, avant toute chose, il faut d’abord penser à comparer les prix. Déjà, le coût d’un terrain peut varier d’une région à une autre, mais il dépendra aussi de son emplacement dans la région en question. Si vous n’avez pas assez de temps pour les recherches et pour faire les comparaisons, vous pouvez vous rediriger vers un site spécialisé dans la vente de terrain comme https://www.parcelle-a-vendre.com/. Cette démarche vous permettra d’avoir un aperçu du prix du terrain dans chaque localité. Après la comparaison des prix, si un lot ou une parcelle de terrain vous intéresse, avant l’achat, il faut d’abord faire une descente sur terrain pour une vérification.

Vérifier les caractéristiques du terrain

Pour éviter une perte d’argent dans l’achat d’un terrain, avant de signer l’acte de propriété, il est essentiel de prendre le temps de vérifier les caractéristiques du terrain. Déjà, assurez-vous qu’il s’agit d’une surface titrée et bornée. Vérifiez aussi la superficie constructible et assurez-vous qu’elle est en accord avec votre futur projet. Avant de signer l’acte de vente, il ne faut pas hésiter à demander au lotisseur ou au vendeur le rapport de l’étude écologique du sous-sol. Par la même occasion, assurez-vous que le terrain acheté est viable, est-ce qu’il est couvert par un réseau électrique, téléphonique…

Jetez un œil au certificat d’urbanisme

Avant d’acheter un terrain, l’acquéreur doit se ternir informer des règles d’urbanisme qui s’applique à celui-ci. Pour cela, il faut donc penser à demander le certificat d’information d’urbanisme du terrain. Cet acte administratif permet à l’acheteur de connaître le droit de l’urbanisme qui s’applique au bien immobilier. Il indique aussi les limitations administratives aux droits de propriétés comme le droit de préemption, les servitudes d’utilité publique. Ce document vous informera aussi des taxes et des participations d’urbanisme reliés au terrain. Si vous souhaitez confirmer que le terrain est éligible à un projet de construction, la meilleure chose à faire est aussi de demander un certificat d’urbanisme opérationnel.